English version

Malaria N 5 - Sujet N 8


ESSAIS SUR LE TEST PARASIGHT®-F POUR LE DIAGNOSTIC DU PALUDISME DANS LE CADRE DE SOINS DE SANTE PRIMAIRES, ZIMBABWE
S. Mharakhurwa


RESUME
Devant l'escalade de la résistance médicamenteuse au Plasmodium falciparum et l'augmentation parallèle à l'incidence de cas de paludisme sévères et compliqués, la diminution de morbidité et de mortalité obtenues par le biais de la chimiothérapie a été une stratégie vitale dans la lutte antipaludique.
Le diagnostic présente toutefois un inconvénient majeur, et le traitement de base actuel n'est décidément pas fiable, en particulier dans les zones de paludisme saisonnier telles que le Zimbabwe. C'est dans cette optique que le dosage de détection de l'antigène de la protéine (HRP-II) riche en histidine (test Parasight®-F) du Plasmodium falciparum a été testée dans 10 centres de santé différents et dans 3 zones d'endémie du paludisme au Zimbabwe, à titre d'outil de diagnostic du paludisme dans le cadre de soins de santé primaires. On a réalisé les évaluations parasitologiques en utilisant la goutte épaisse comme étalon d'or, et on a vérifié la facilité d'exécution de l'opération et son aspect pratique par le biais d'un questionnaire. La sensibilité du test n'a pas varié considérablement d'une zone d'endémie à l'autre et s'est située à approximativement 93 %. La spécificité a été de 85 %, de 72 % et de 92 % respectivement dans les zones d'hyperendémie, de mésoendémie et d'hypoendémie. Les valeurs prédictives positives ont varié considérablement avec l'endémicité, la valeur la plus basse ayant été relevée dans la zone d'hypoendémie (56 %). Les valeurs prédictives négatives n'ont toutefois pas changé considérablement, affichant une moyenne de 94 %. Bien que le taux de faux positifs le plus haut ait été de 28 %, celui des faux négatifs a généralement été plus bas, avec un maximum de 9 % observé dans la zone d'endémie. Le test a présenté un index-J généralement proche de 1 dans toutes les strates d'endémie (moyenne de 0,76 ; 95 % Cl de 0,52 à 0,99). On a ainsi montré que le test Parasight®-F pouvait induire une diminution de mauvais traitement du paludisme pouvant aller jusqu'à 81 %, en particulier dans les zones d'hypoendémie. Les évaluations d'acceptabilité des tests ont montré que cette méthode de diagnostic du paludisme était bien acceptée par, à la fois, les infirmières et les patients atteints de paludisme clinique. On en a conclu que le test Parasight®-F pouvait jouer un rôle important dans le diagnostic du paludisme dans le cadre des soins de santé primaires, en particulier dans les zones de faible transmission, voire d'hypoendémie du paludisme et dans toutes les régions après la période de transmission la plus forte.


Sommaire N5Résumé précédentCommander cet articleRésumé suivantSommaire suivant
Pages maintenues par Dr. Stéphane DUPARC - Avril 97